Page:Doyle - Nouvelles Aventures de Sherlock Holmes.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

84        NOUVELLES AVENTURES DE SHERLOCK HOLMES

un peu moins sombre ; je n’ose toutefois espérer que tout danger soit écarté.

— Mais il est vivant, monsieur Holmes.

— À moins que cette lettre ne soit un piège pour nous mettre sur une fausse piste. Après tout, la bague n’est pas une preuve. Elle a pu lui être volée.

— Non, non ; c’est, j’en suis certaine, sa propre écriture.

— Très bien ! Cette lettre peut cependant avoir été écrite lundi et mise à la poste aujourd’hui seulement.

— C’est possible !…

— S’il en est ainsi il peut s’être passé bien des choses dans l’intervalle.

— Oh ! il ne faut pas me décourager, monsieur Holmes. Je sais qu’il ne lui est arrivé aucun mal. Il y a une si tendre sympathie entre nous que je le sentirais s’il lui était arrivé un accident. Le dernier jour que nous nous sommes vus il s’est fait dans sa chambre une coupure au doigt ; j’étais à ce moment dans la salle à manger et j’ai eu si bien l’intuition qu’il lui était arrivé un accident que je me suis précipitée chez lui. Croyez-vous que je puisse vibrer pour une simple bagatelle et ignorer sa mort ?

— J’ai trop d’expérience de la vie pour ne pas savoir que l’impression d’une femme est souvent plus vraie que les conclusions d’un philosophe ; et cette lettre est certainement une preuve que vous étiez dans le vrai. Mais si votre mari est en vie et en état d’écrire des lettres, pourquoi reste-t-il éloigné de vous ?

— Je n’en sais rien. C’est extraordinaire.

— Et lundi, en vous quittant, il n’a fait aucune allusion qui puisse nous guider ?

— Non.

— Et vous avez été étonnée de le voir dans la maison de Swandam-Lane ?

— Stupéfaite.

— La fenêtre était-elle ouverte ?

— Oui.

— Alors, il aurait pu vous appeler ?

— Assurément.

— Il n’a pourtant, je crois, poussé qu’un cri inarticulé ?

— Oui.

— Un appel au secours, vous semble-t-il ?

— Oui. Il a fait un signe de la main.

— C’était peut-être un cri de surprise : l’étonnement de vous voir alors qu’il ne s’y attendait pas.

— C’est possible.

— Et il vous a paru que quelqu’un le tirait en arrière ?

— Il a disparu subitement.

— N’aurait-il pas pu faire de lui-même un bond ? Vous n’avez vu personne avec lui dans la chambre ?

— Non, mais cet affreux homme a avoué avoir été là et Lascar était au pied de l’escalier.

— Parfaitement. Et vous croyez que votre mari avait ses vêtements ordinaires ?

— Oui, mais sans col ni cravate. J’ai distinctement vu son cou nu.

— Avait-il jamais parlé de Swandam-Lane ?

— Jamais.

— Vous étiez-vous aperçue qu’il fumât de l’opium ?

— Non.

— Merci, madame Saint-Clair. Je désirais être complètement éclairé sur ces points importants. Nous allons maintenant souper, si vous le permettez, puis nous nous retirerons en prévision de la dure journée que nous aurons peut-être devant nous demain.

Une chambre à deux lits, très spacieuse et confortable, avait été mise à notre disposition et je me hâtai de me coucher tant j’étais éreinté de ma nuit mouvementée. Mais Sherlock Holmes, lorsqu’il avait un problème à résoudre, se fût passé de repos pendant des jours et même une semaine entière. Il examinait la question sous toutes ses faces jusqu’à ce qu’il s’en fût bien rendu maître ou qu’il se fût convaincu que ses données étaient insuffisantes. Je compris qu’il se préparait à veiller en le voyant enlever sa veste et son gilet, revêtir une vaste robe de chambre bleue, puis se mettre à arpenter la chambre. Il prit les oreillers de son lit et les coussins du sofa et des fauteuils, il s’en fit une espèce de divan oriental