Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Si la comtesse est dure pour vous, vous la tenez maintenant ! Mais, pourquoi trembler ainsi, ma fille ?… remettez-vous. Allons ! à nos affaires maintenant. Vous m’avez écrit que vous aviez cinq lettres compromettant la comtesse d’Albret et que vous désiriez les vendre ; moi, je suis tout disposé à les acheter. Nous sommes donc d’accord et il ne nous reste qu’à fixer le prix. Je voudrais d’abord les examiner. Si elles sont intéressantes… Bonté divine ! est-ce vous ?

L’inconnue, sans une parole, releva sa voilette et laissa tomber son manteau. J’aperçus une figure sombre mais belle, un nez aquilin, des sourcils épais qui cachaient des yeux durs et brillants, des lèvres minces, sur lesquelles se dessinait un sourire menaçant.

— C’est moi, dit-elle, moi ! la femme dont vous avez ruiné la vie !

Milverton se mit à rire, mais on devinait la crainte sous ce rire.

— Vous avez été si entêtée, dit-il, pourquoi m’avoir poussé à bout ? Je ne ferais pas volontairement du mal à une mouche, mais chaque homme a son métier, n’est-ce pas ? Que pou-