Page:Doyle Souvenirs de Sherlock Holmes.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Non, monsieur, vous devez vous tromper.

— Ah ! vraiment ? Pourtant je l’aurais bien juré. Voyons, ne portiez-vous pas ce jour-là une robe de soie gorge de pigeon avec une garniture en plumes d’autruche ?

— Je n’ai jamais eu pareille robe, monsieur.

— Ah ! alors, il n’y a plus de doute, je me suis trompé.

Et, après avoir fait agréer ses excuses, il sortit derrière l’inspecteur.

Nous n’eûmes qu’un court trajet à faire à travers la lande pour arriver à la dépression de terrain où on avait retrouvé le cadavre. Sur le bord, nous vîmes la touffe d’ajoncs à laquelle s’était accroché le manteau de l’entraîneur.

— Il n’y avait pas de vent cette nuit-là, n’est-ce pas ? demanda Holmes.

— Non, mais il pleuvait très fort.

— Dans ce cas le pardessus n’a pas été emporté par le vent sur ce buisson, mais il a dû y être déposé.

— Oui, il était étendu au-dessus.

— C’est d’un intérêt capital. Je vois là que le sol a été très fortement piétiné ; sans doute il y a eu bien des traces faites depuis lundi soir ?

— J’ai fait placer à côté cette natte que vous voyez et nous sommes toujours restés dessus.

— Parfait.

— Voici un sac dans lequel j’ai une des bot-