Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Tu as bien compris, petit ? demanda Bonaparte.

— J’ai bien compris, et je ferai tout ce qu’il faut. Il dit ces mots simplement, et Bonaparte le considéra quelques instants en silence.

Peut-être, pendant cette courte minute, eut-il l’idée de l’arracher à cette périlleuse expédition. En voyant sa jeunesse, il se dit sans doute qu’il était dommage d’envoyer à la mort un jeune soldat de cette trempe ; mais il était fataliste comme les musulmans eux-mêmes et croyait au destin.

— Va, mon enfant, dit-il.

— Un mot seulement, général, dit Jean, avant de franchir la porte ; me permettez-vous de vous donner une autre lettre pour…

— Pour Mme Catherine, je me rappelle, dit Bonaparte qui avait une mémoire extraordinaire des noms ; oui ; envoie ta lettre avant de partir.

Jean sortit de la tente très ému : il glissa la tabatière dans une ceinture de cuir qu’il portait sur la peau, et dans laquelle était pliée la pièce de soie brodée destinée à Lison. Cette ceinture contenait aussi les soixante pièces d’or qui composaient sa fortune, et qu’il avait récoltées sur un mameluk, tué de sa main à Gaza.

Puis il écrivit à sa mère adoptive une lettre très courte, l’assurant que, à cette heure où il jouait sa vie, sa dernière pensée était pour elle et pour Lison.

À minuit, Jean trouva son détachement formé dans l’une des places d’armes du corps de siège, toucha, au dépôt du génie, les sacs de poudre préparés d’avance, et divisa son détachement en deux groupes, commandés par des caporaux. Il retrouva dans l’un deux un Marseillais, nommé Trophime, qu’il avait connu au Caire.

— Marche derrière moi, lui dit-il.

La nuit était très noire : une échelle avait été appliquée par un sapeur du génie contre le rempart.

Jean, muni seulement d’une hache et d’un poignard turc, car il était absolument interdit de tirer, monta le premier.

La porte de fer de la poterne avait été enfoncée tout exprès dans la journée à coups de canon ; mais les boulets n’y avaient fait que de larges déchirures, sans l’ouvrir entièrement. Fluet comme il l’était, Jean se faufila par une des ouvertures, et, une fois à l’intérieur, parvint à l’ouvrir aux grenadiers qui suivaient.