Page:Du Camp - Souvenirs d’un demi-siècle, tome 1.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aidés. Puisse Béranger ne s’être point trompé, lorsque, parlant de la France, il a dit :

Tu peux tomber, mais c’est comme la foudre
Qui se relève et gronde au haut des airs !

Les hommes de ma génération sont nés après Waterloo et meurent après Sedan ; ils ont vécu entre deux défaites. Qu’une telle destinée ne frappe jamais ceux qui écouteront ma voix d’outre-tombe !

20 août 1887.