Page:Du Flot - Les mœurs du tigre, récit de chasse, 1886.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ques-uns, nous reconnaissons aisément leur origine lointaine à ce signe précis qu’ils ont, dans l’estomac, de ces larges pierres, rondes, plates et rouges, qu’on ne rencontre que dans le voisinage de l’Himalaya. Je n’avais donc guère tué que des crocodiles, car je ne compte pas les babiroussas, les daims, les axis et quelques léopards immolés par surprise.

Avant les troubles de 1857, l’Oude, très boisé, était extrêmement giboyeux ; mais ce magnifique territoire était parsemé de jungles profondes et étendues. On y disait les tigres fort nombreux, et