Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’elle soit tout-à-fait différente de la manière dont nous devons les écrire, pour nous conformer à la prononciation des Chinois. La lettre x chez les Portugais, est ce que nous écrivons par les lettres ch ; par exemple , la ville de la Chine que nous écrivons Cban tong, ainsi que prononcent les Chinois, ils l’écrivent Xan tum ; de même la lettre m est chez eux, ce que sont chez nous les lettres ng ; pour écrire Peking, qui est la prononciation Chinoise, ils écrivent Pekim.

On trouvera dans les Cartes les noms de quelques villes, quoiqu’en petit nombre, qui sont terminez par une m à la manière Portugaise. Il faut se ressouvenir qu’ils doivent se prononcer comme s’ils étaient terminez par ng, sans appuyer sur le g, qui ne s’ajoute que pour mettre de la différence entre ces mots-là, et ceux qui finissent par une n seule, lesquels doivent se prononcer, comme si l’ n était presque suivie d’un e muet. Les premiers se prononcent comme nous prononçons sang, rang, etc. et les seconds comme nous prononçons en Latin non, et en français, profane.

Afin que le Public soit instruit des sources où j’ai puisé les connaissances que je donne, je joins ici la liste des Missionaires , dont les Mémoires imprimés ou manuscrits m’ont servi pour la composition de cet ouvrage.


NOMS DES MISSIONAIRES
Dont les Mémoires manuscrits et imprimés ont servi a la composition de cet ouvrage.


Le Père MARTIN MARTINI.
Le Père FERDINAND VERBIEST.