Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/130

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Rosea s’avance.

Rosea

Voici les roses et les fards ;
Ô maîtresse, pour t’enrichir des floraisons les plus rares,
Voici que je me penche à tes genoux et je te pare.



Gemmea

Ô merveille de nos doigts agiles !
La beauté sans nous est un don inutile.



Siderea

La beauté que nos mains n’ornent pas
Languit comme une plante oubliée sous les frimas.



Gemmea

La beauté par nous délaissée
Meurt comme une tige fauchée.



Siderea

La beauté que sert notre adresse
Devient toute grâce et toute caresse.

Strophe :

Gemmea

Préparez les fards et l’or,
L’or fauve dont la pâleur des fronts se colore,
L’or aux changeants reflets que les hommes adorent.