Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/230

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
212
LA LÉGENDE D’ANTONIA


Lui

J’entends
Et comme toi je sens
De ces enivrements.


Elle

Mais le soir vient…
Viens !
Considère comme il descend, le soir aérien,
Sur les choses et dans les esprits,
Le soir aux longues accalmies.
En l’horizon plus et plus sombre
Le soleil sombre,
D’une marche égale il s’en va vers l’ombre
Tout s’apaise, tout s’adoucit, tout s’éteint ;
C’est la fin, c’est la fin ;
Tout est meilleur ;
Lentes, qu’elles se ferment, les fleurs !
Tout est plus doux ;
Adieu, les grands soleils jaloux !
Tout s’est dissous
Dans le sublime repos
De la nuit qui gagne les hauts plateaux.



Lui

Oui, le soir est bon,
Le soir est suave, le soir est profond,