Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
222
LA LÉGENDE D’ANTONIA

Ils sont reçus dans le refuge,
Ceux qui de l’univers sont les transfuges.

Elles pénètrent dans la retraite,
Les âmes de l’idéal inquiètes.

Ceux-là franchissent les marches du mystère,
En qui rien ne subsiste plus de la terre.


1er Groupe

À nous !

Cœurs dissous !

Cœurs de l’absolu jaloux !

À nous ! à nous !

Les voix s’éteignent.

Grand silence.