Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
23
ANTONIA

L’Amant

Eh bien, demoiselle, le soir
Invite à s’asseoir
Sur le banc, au long du mur noir.


L’Amante

Les fleurs, monsieur, se sont fermées,
Les oiseaux aux nids sont rentrés.


L’Amant

Combien les paroles
Dans la nuit montante s’envolent
En plaisantes girandoles !


L’Amante

Mais combien le silence
Sous les ombres denses
Est plus cher au cœur et plus tendrement le balance !


L’Amant

Aller à deux,
C’est mieux.


L’Amante

Non, non, non, la nuit
Chacun fuit
Le bruit.