Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
29
ANTONIA




Scène III


Le Vieillard s’avance.



Le Vieillard

Vous voici donc arrivés
À l’heure des fatalités.

Vous avez touché la frontière ;
Le monde est derrière ;

Devant, voici les cimes ;
Ici, c’est le porche sublime.

Vous pouvez aller en avant,
Vous entrerez dans l’inconnu béant,
Et la terre s’embrumera des vapeurs du couchant.

Oh ! détournez vos regards,
Arrêtez le char,
Abandonnez la route des rêves épars,
Acceptez le monde et d’y être heureux quelque part !