Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
LA LEGENDE D’ANTONIA

Les deux Groupes

Reluis,
O nuit,
En les plus distants circuits.

Épands tes marées
Sur les plages diaprées
Que ton culte a consacrées.

Bruis,
nuit,
En d’insaisissables circuits.

Roule tes nuages
Et les arômes de tes plages
Et tes enlacements les plus sauvages.

Poursuis,
O nuit,
Ta course en divins circuits.

Sommeille dans ta veille,
Veille en ton sommeil,
Rêve en tes sommes et tes éveils,
Épanche-toi dans tes rêves vermeils.



1er Groupe

Écoutez !
Des pas résonnent dans les fourrés.