Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/90

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
72
LA LEGENDE D’ANTONIA


ACTE TROISIÈME



Scène I


Le matin.

Au loin, les cloches d’une église.

Entre un vieillard.



Le Vieillard

J’entends les cloches ailées
Qui tintent dans la vallée.

… Ô saint jour du dimanche !
Le bon soleil rayonne dans les branches
Et des bénédictions du haut du ciel sur les hommes se penchent.

… Et lui ! toujours ce regard vide,
Toujours ce front livide !

La vie
À presque fui de ses tempes flétries