Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/123

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et ce sera le tien,
Et ce sera le tien, le mien, le tien, le mien ;

Et notre enfant
Fera que nous serons toujours heureux, toujours amants ;
Oh ! faisons nous, faisons nous notre doux enfant.