Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/137

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CONNAIS-TU LE PAYS…


VARIATIONS

I


 
Quand est venu l’automne,
Parfois, à certains jours, des lueurs
De printemps anciens, d’étés rieurs
Brillent encore parmi les feuilles que le vent moissonne ;

Dans le jardin vieilli et monotone,
A certains retours d’un soleil plein de pleurs,
La floraison des fleurs
Chante des renouveaux et de nouveau rayonne.

Ainsi dans le parc sombre, jadis si vert.
Dans le parc où poind l’hiver.
Dans le parc de mon âme,

Ô clarté ! ô sourire ! ô soleil reparu !
Votre présence, ô merveilleuse femme,
Fait que le temps passé avec ses fleurs a revécu.