Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

petit coin obscur et mesquin que mon rêve a transformé ! ô paysage infime et colossal, je te salue…

À ce moment la servante s’approcha de nous, et, dans sa bonté si absolument simple, elle disait à Félicien :

— Vous allez prendre froid, remettez votre chapeau.