Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES CHANSONS DU RIVAGE


I


Sous les guirlandes du matin
Et ses guipures et ses lointains,
Parmi les teintes d’aubépines et de thyms
Et les grisailles du ciel argentin,

Tandis que l’orient envermeille
Votre fenêtre, votre miroir et votre treille,
Oh ! tandis que d’un blanc soleil
Il ensoleille
Le cadre en mousseline où vos yeux sommeillent,

Pour un jour encor, pour un jour nouveau,
Pour un jour de plus parmi les jours et l’infini des renouveaux,

Apparaissez,
L’aube bruit, l’aurore rit, les effrois de la nuit sont passés,
Surgissez,