Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHARIVARIS


Voici les charivaris
Prescrits
Par les antiques rits,

Le lendemain des épousailles,
À l’heure où l’aube blanchit les murailles.
Sous le balcon où la fleur pâle de l’oranger défaille.