Page:Dujardin - Poésies, 1913.djvu/66

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pasteurs, joueurs de flûte, pleurez !
Chiens fidèles, ululez !
Gémissez, amis, et chantez
Dies irae !

Mettez un crêpe à vos chapeaux,
Gens ! chiens, baissez les museaux !
Et tous mêlez vos larmes aux
Eaux des ruisseaux !

Aux dents du loup il faut qu’on cède,
Et, quadrupède ou bipède,
À sa morsure on ne possède
Aucun remède.