Page:Dulaurens - Imirce, ou la Fille de la nature, 1922.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dulaurens - Imirce, ou la Fille de la nature, 1922 - Bandeaux


ÉPÎTRE DÉDICATOIRE À ZÉPHYRE


J’étais sans chausses, sans habits, sans chemises et sans pain, ma chère Zéphyre, quand je composai cet ouvrage. Il y avait à Clèves[1], capitale de la Westphalie, un serrurier français, nommé Jérôme. Il logeait chez Son Excellence Mme la douairière Fricau[2], femme pleine d’expérience, qui tenait

  1. Méchante ville très malpropre, mais ornée des plus magnifiques dehors.
  2. Madame était une place qui ne tenait pas longtemps l’ennemi. Elle était veuve d’un trompette, d’un fifre, d’un tambour,
1