Page:Dulaurens - Imirce, ou la Fille de la nature, 1922.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dulaurens - Imirce, ou la Fille de la nature, 1922 - Bandeaux


MON ÉDUCATION
ET CELLE DE MA COUSINE SOPHIE




PRÉFACE


Longtemps après le sage Confucius, il parut à la Chine un philosophe éloquent, dont les idées grandes, petites et extraordinaires ne pouvaient entrer dans la tête de personne, ni rester dans la sienne.

Cet homme était Européen ; dès sa brusque jeunesse, il s’était fatigué à galoper après les chevaux

2