Page:Dumas - Georges, 1848.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jaillit aussitôt de la blessure et coula le long du visage de l’enfant.

— Lâche ! dit froidement Georges.

Exaspéré par cette insulte, Henri allait redoubler, lorsque Jacques, d’un seul bond, se retrouvant près de son frère, envoya, d’un vigoureux coup de poing appliqué au milieu du visage, l’agresseur rouler à dix pas de là, et sautant sur le sabre que celui-ci avait laissé tomber dans la culbute qu’il venait de faire, il le brisa en trois ou quatre morceaux, cracha dessus et lui en jeta les débris.

Ce fut au tour de l’enfant au col brodé à sentir le sang inonder son visage, mais son sang à lui avait jailli sous un coup de poing et non sous un coup de sabre.

Toute cette scène s’était passée si rapidement, que ni monsieur de Malmédie qui, comme nous l’avons dit, était à vingt pas de là occupé à recevoir les félicitations de sa famille, ni Pierre Munier, qui sortait de la maison où le nègre venait d’expirer, n’eurent le temps de la prévenir ; ils assistèrent seulement à la catastrophe et accoururent tous deux en même temps, Pierre Munier, haletant, oppressé, tremblant, monsieur de Malmédie rouge de colère, étouffant d’orgueil.

Tous deux se rencontrèrent en avant de Georges.

— Monsieur, s’écria M. de Malmédie d’une voix étouffée, monsieur, avez-vous vu ce qui vient de se passer ?…

— Hélas ! oui, monsieur de Malmédie, répondit Pierre Munier, et croyez bien que si j’avais été là, cet événement n’aurait pas eu lieu.

— En attendant, monsieur, en attendant, s’écria monsieur de Malmédie, votre fils a porté la main sur le mien. Le fils d’un mulâtre a eu l’audace de porter la main sur le fils d’un blanc.

— Je suis désespéré de ce qui vient de se passer, monsieur de Malmédie, balbutia le pauvre père, et je vous en fais bien humblement mes excuses.

— Vos excuses, monsieur, vos excuses, reprit l’orgueilleux colon, se redressant au fur et à mesure que son interlocuteur s’abaissait. Croyez-vous que cela suffise, vos excuses ?

— Que puis-je de plus, monsieur ?

— Ce que vous pouvez, ce que vous pouvez ! répéta monsieur de Malmédie