Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tendre mère, c’est que les machines de maître Drosselmayer ne pouvaient absolument rien contre l’expérience de dame Souriçonne. Il est vrai que l’astronome de la cour, qui était en même temps grand augure et grand astrologue, craignant qu’on ne supprimât sa charge comme inutile, s’il ne donnait pas son mot dans cette affaire, prétendit avoir lu dans les astres, d’une manière certaine, que la famille de l’illustre chat Murr était seule en état de défendre le berceau de l’approche de dame Souriçonne. C’est pour cela que chacune des six gardiennes fut forcée de tenir sans cesse sur ses genoux un des mâles de cette famille, qui, au reste, étaient attachés à la cour en qualité de secrétaires intimes de légation, et devait, par un grattement délicat et prolongé, adoucir à ces jeunes diplomates le pénible service qu’ils rendaient à l’État.

Mais, un soir, il y a des jours, comme vous le savez, mes enfants, où l’on se réveille tout endormi,