Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les soirs, ce qui finirait certainement par vous ennuyer. Je vous dirai donc seulement que Christian-Élias Drosselmayer, qui était le plus acharné à la recherche de la fameuse noisette, puisque de la fameuse noisette dépendait sa tête, s’étant livré à plus de fatigues et s’étant exposé à plus de dangers que son compagnon, avait perdu tous ses cheveux, à l’occasion d’un coup de soleil reçu sous l’équateur, et l’œil droit, à la suite d’un coup de flèche que lui avait adressé un chef caraïbe ; de plus, sa redingote jaune, qui n’était déjà plus neuve lorsqu’il était parti d’Allemagne, s’en allait littéralement en lambeaux. Sa situation était donc des plus déplorables, et cependant, tel est chez l’homme l’amour de la vie, que, tout détérioré qu’il était par les avaries successives qui lui étaient arrivées, il voyait avec une terreur toujours croissante le moment d’aller se remettre entre les mains du roi.

Cependant, le mécanicien était homme d’honneur ;