Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle aperçut le parrain Drosselmayer assis sur la pendule à la place de la chouette, et dont les deux pans de la redingote jaune avaient pris la place des deux ailes pendantes de l’oiseau de nuit. À cette vue, elle s’arrêta clouée à sa place par l’étonnement, et elle se mit à crier en pleurant :

— Parrain Drosselmayer, que fais-tu là-haut ? Descends près de mot, et ne m’épouvante pas ainsi, méchant parrain Drosselmayer.

Mais, à ces paroles, commencèrent à la ronde un sifflement aigu et un ricanement enragé ; puis bientôt on entendit des milliers de petits pieds trotter derrière les murs, puis on vit des milliers de petites lumières qui scintillaient à travers les fentes des cloisons ; quand je dis des milliers de petites lumières, je me trompe, c’étaient des milliers de petits yeux brillants. Et Marie s’aperçut que de tous côtés il y avait une population de souris qui s’apprêtait à entrer. En effet, au bout de cinq minutes, par les join-