Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

bords sont-ils bien fermés ? – Pilote, combien de pieds nous donne la sonde ?

— Cent vingt, capitaine.

— Allons, tout va bien ; il y a encore loin de la quille à l’hivernage des écrevisses.

Ainsi criait Nil‑Paulovitch, en accompagnant chacun de ses ordres de cette série de jurons que Nicolas‑Ivanovitch a comparés à la mousse qui sort d’une bouteille de vin de Champagne.

Il semblait qu’au milieu de la tempête le jeune officier était dans son véritable élément ; il examinait tout, était partout ; et les matelots, rassurés par son sang-froid, travaillaient à la lumière des lanternes, prompts, hardis et muets. Lorsque éclatait un coup de tonnerre, lorsque l’éclair fendait les ténèbres, sa lueur illuminait rapidement leurs groupes pittoresques, qu’on eût pu croire des créations de Salvator Rosa, si ce n’eût été le bruit mesuré de leurs pas et les éclats des porte-voix se mêlant aux clameurs de la tempête et aux craquements terribles de la frégate.

— Merci, enfants ! dit Nil‑Paulovitch en se frot-