Page:Dumas - Le Comte de Monte-Cristo (1889) Tome 1.djvu/178

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


étroit soupirail grillé, releva la tête. À la vue d’un homme inconnu, éclairé par deux porte-clefs tenant des torches, et auquel le gouverneur parlait le chapeau à la main, accompagné par deux soldats, Dantès devina ce dont il s’agissait, et, voyant enfin se présenter une occasion d’implorer une autorité supérieure, bondit en avant les mains jointes.

Les soldats croisèrent aussitôt la baïonnette, car ils crurent que le prisonnier s’élançait vers l’inspecteur avec de mauvaises intentions.

L’inspecteur lui-même fit un pas en arrière.

Dantès vit qu’on l’avait présenté comme un homme à craindre.

Alors il réunit dans son regard tout ce que le cœur de l’homme peut contenir de mansuétude et d’humilité, et, s’exprimant avec une sorte d’éloquence pieuse qui étonna les assistants, il essaya de toucher l’âme de son visiteur.

L’inspecteur écouta le discours de Dantès jusqu’au bout ; puis se tournant vers le gouverneur :

— Il tournera à la dévotion, dit-il à demi voix ; il est déjà disposé à des sentiments plus doux. Voyez, la peur fait son effet sur lui ; il a reculé devant les baïonnettes ; or, un fou ne recule devant rien : j’ai fait sur ce sujet des observations bien curieuses à Charenton.

Puis, se retournant vers le prisonnier :

— En résumé, dit-il, que demandez-vous ?

— Je demande quel crime j’ai commis ; je demande que l’on me donne des juges ; je demande que mon procès soit instruit ; je demande enfin que l’on me fusille si je suis coupable, mais aussi qu’on me mette en liberté si je suis innocent.

— Êtes-vous bien nourri ? demanda l’inspecteur.