Page:Dumas - Les Trois Mousquetaires - 1849.pdf/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


avec une tranquillité et un aplomb dont M. de Tréville fut d’autant mieux la dupe que lui-même, comme nous l’avons dit, avait remarqué qu’il se passait quelque chose de nouveau entre le cardinal, le roi et la reine.

À dix heures sonnant, d’Artagnan quitta M. de Tréville, qui le remercia de ses renseignements et lui recommanda d’avoir toujours à cœur le service du roi et de la reine, et qui rentra dans le salon. Mais, au bas de l’escalier, d’Artagnan se souvint qu’il avait oublié sa canne : en conséquence, il remonta précipitamment, rentra dans le cabinet, d’un tour de doigt remit la pendule à son heure, pour qu’on ne pût pas s’apercevoir, le lendemain, qu’elle avait été dérangée, et sûr, désormais, qu’il y avait un témoin pour prouver son alibi, il redescendit l’escalier et se retrouva bientôt dans la rue.


Les torses de deux femmes nues apparaissent parmi un motif.