Page:Dumas les garibaldiens revolution de sicile 1861.djvu/234

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
215
LES GARIBALDIENS


XIV

les napolitains


En rade de Naples, 31 juillet.

Je ne sais si vous avez jamais été à Naples ; mais je puis vous affirmer une chose : c’est que, si vous y avez été, et qu’il vous prît aujourd’hui la fantaisie d’y retourner, vous trouveriez Naples bien changé !

Écoutez ce qui m’arrive, à moi qui ai l’honneur d’être condamné à quatre ans de galères du fait de Sa Majesté Ferdinand.

À peine le Pausilippe a-t-il jeté l’ancre dans le port, que les hommes du peuple font invasion sur le pont, et que l’un d’entre eux, me reconnaissant probablement au visage pour un patriote, me dit tout haut :

— Monsieur, où est Garibaldi ? Quand Garibaldi sera-t-il ici ? Nous l’attendons.

— Vous comprenez que, moi qui connais mon Naples sur le bout du doigt, je me dis :

— Voilà un agent provocateur auquel il est parfaitement inutile de répondre.