Page:Duplessis - Les Boucaniers (Le Beau Laurent), Tome XI, 1853.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Montbars seul peut leur donner la richesse, soutenir le fardeau de notre puissance ! Ils l’aiment par intérêt ! Il faut donc renoncer à notre premier projet, attendre une heure plus favorable !

— Je m’étonne, monsieur Laurent, répondit l’amiral visiblement contrarié, qu’un esprit judicieux et hardi comme le vôtre se laisse abattre par la première difficulté qu’il rencontre, et renonce à la victoire avant même d’avoir combattu !… Tout en regrettant vivement votre concours, je n’en continuerai pas moins à poursuivre la réalisation de mes projets :