Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dis !… Ah ! vous faites le rodomont et le matamore avec moi ! Voyons, mon petit monsieur, oseriez-vous bien me donner votre adresse ?

— Je vous répète, reprit froidement de Morvan, qu’entre vous et moi il ne peut y avoir rien de commun ! Si je ne vous ai pas déjà imposé silence avec ma canne, c’est par respect pour les personnes ici présentes. Quant à mon adresse, je suis loin de la cacher : je demeure…

— Il est inutile que vous donniez