Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


marine, à moitié détruite depuis notre glorieuse défaite de la Hogue, n’est plus en état de tenir tête avec avantage aux puissances ennemies, serait une folie de notre part ! Les flibustiers de Saint-Domingue, en forçant l’Espagne à entretenir plus de vingt mille homme de troupes dans ses colonies, nous rendent un véritable service, ou, pour mieux dire, nous sont d’une incontestable nécessité !

— C’est encore vrai, sire. Cependant ne faudrait-il pas aussi tenir compte des avantages si importants que vous a