Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Et surtout, mon gars, ajouta Legoff en riant, ne laisse pas venir ici ta maîtresse !

À cette recommandation si inutile, les yeux d’Alain brillèrent d’indignation, et regardant le boucanier bien en face :

— Monseigneur, lui dit-il, ce n’est pas une raison parce que je suis… Ah ! ma bonne Sainte-Anne-d’Auray, est-ce possible !… s’écria le Bas-Breton en s’interrompant au milieu de sa phrase, quoi ! c’est vous, mon ami Mathurin,