Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Foi de Dieu ! murmura-t-il, une fois seul, il faut avoir une fameuse tête pour ne pas devenir fou à Paris ! Tout ce qui se passe dans cette ville française tient de la sorcellerie ! Voilà mon maître, jadis si simple et si fier, qui s’attife à présent comme une femme et fait d’un maquignon son ami ! un maquignon ! qu’est-ce que je dis donc ? Il paraît que Mathurin est devenu un baron. Là, voyons, de bonne foi, qui est-ce qui pourrait comprendre un mot à tout cela ! C’est des drôleries à n’en plus finir ! Les gars de Penmark seront capables de croire que je me moque d’eux quand je leur raconterai toutes ces histoires…