Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome VIII, 1853.djvu/199

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
193
L’EXTERMINATEUR.

vaient avec une anxieuse attention ses moindre mouvements. Tous les deux priaient Dieu pour qu’une balle espagnole n’arrêtât pas le flibustier dans cette dernière et suprême tentative.

Laurent, le corps courbé et immobile l’œil fixé à la hauteur de la culasse du canon, suivait le balancement de la lame. Bientôt un éclair brilla : Laurent venait de jouer son dernier enjeu !…

La réputation de merveilleux pointeur que possédait le flibustier était si universelle, si incontestée, que de Morvan crut voir trembler de sa base à son sommet le grand mât du galion amiral.

V
13