Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/196

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
190
un monde

Il est reconnu que ces ahuehuetes remontent à une époque bien antérieure à celle de Montezuma, et très probablement leurs feuilles sombres et pointues ont abrité des monarques mexicains dont les noms se sont éteints dans la nuit des temps ; car l’ahuehuete est l’arbre le plus robuste et le plus vivace que produise le sol si énergiquement fertile de l’Amérique. Sa propagation est du reste extrêmement difficile ; c’est à peine si l’on a pu, malgré les plus grands soins, en élever huit depuis le commencement de ce siècle. L’ahuehuete, du temps des aztèques, sans être commun, n’était cependant pas rare. Le secret de sa culture serait-il donc perdu ? C’est ce que l’on prétend. Mais il me semble que si des secrets d’arts et de sciences peuvent s’ensevelir et disparaître, à la chute d’un empire, sous des décombres, il