Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/215

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
209
inconnu

grande route ne suffisaient pas à Lefèvre, et il trouvait moyen, même dans ses passe-temps les plus innocents, de s’exposer à quelque danger.

À Tuspan[1], par exemple, il s’occupait, de concert avec un de ses amis, un riche négociant, à faire une collection de plantes et d’animaux : or, chaque fois que le hasard lui faisait rencontrer un petit serpent coralillo, le plus dangereux des reptiles d’Amérique, Lefèvre mettait le pied dessus, le saisissait ensuite, délicatement, par le col, entre ses deux doigts, et l’apportait ainsi, vivant et furieux, jusqu’au bureau de son ami. Ce dernier n’avait jamais pu s’accoutumer à cette

  1. Petit port situé sur la côte de Vera-Grux. Ce port, qui prenait un vaste accroissement, fut fermé au commerce du long cours en 1835, par ordre du gouvernement.