Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
34
un monde

— Très bien, vous êtes libres. Alors je vais faire un somme.

En effet, je dormais assez tranquillement depuis environ une heure, lorsque de grands cris me réveillèrent.

— Les voleurs !… les voleurs !… criait l’Andalouse en arrangeant à la hâte sa toilette.

— Où ça ? demanda avec effroi le reste des voyageurs.

— Là… devant vous… répondit-elle en étendant le doigt à travers la portière.

Nous regardâmes tous vers l’endroit indiqué, et nous vîmes plusieurs cavaliers glissant entre les rochers au grand galop de leurs chevaux.

Je jetai les yeux sur l’indomptable colonel ; il était pâle comme un mort ; et ses compagnons, par esprit de subordination