Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/80

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
74
un monde

— Ne vous occupez que de vous, senor, me répondit-il ; moi, je n’ai rien à craindre, je suis Mexicain.

Les coups redoublèrent, et la porte parut céder.

— Votre sabre ! m’écriai-je en lui arrachant violemment son arme ; du moins je pourrai me défendre. Quant à vous, vous n’en avez que faire, vous êtes Mexicain.

Cette action de ma part, à laquelle il ne s’attendait pas, le démonta évidemment ; car, me regardant d’un air tout effaré, il s’écria:

— Ciel ! êtes-vous fou ?… c’est vous perdre !

À cette exclamation, je répondis par une interrogation de toute logique :

— Assassine-t-on un homme deux fois ?