Page:Durban - Essais sur les principes des finances.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tenir au taux de la premiere, sans qu’il y eût de progression sensible entre l’époque où l’affaire auroit pris naissance, & celle où elle devroit avoir acquis toute sa consistance & sa solidité ; on auroit raison d’en conclure que le vice procéde de sa constitution même, & de ne pas différer à la réfondre, dès que les circonstances permettroient d’adopter un autre plan.

Cette derniere forme de régie entraîne encore un inconvénient qui mérite d’être remarqué. C’est que pour se procurer l’avance dont l’état avoit besoin, il a fallu qu’en excitant la cupidité par la forte quotité de l’intérêt, par l’objet des honoraires & celui des remises ; on inspirât aussi la confiance en autorisant les regisseurs à se rembourser eux mêmes sur le produit de la chose, du montant du capital avancé.

Et comme il étoit impossible d’en effectuer le remboursement à un seul