Page:Durkheim - Qui a voulu la guerre ?.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et je vais jusqu’à dire que, si la Russie et la France ne l’acceptaient pas, le Gouvernement de Sa Majesté se désintéresserait des conséquences[1] ».

Dans la Préface du Livre Blanc, le Gouvernement allemand reconnaissait ces intentions pacifiques de l’Angleterre. Depuis, il est vrai, il a changé de sentiment. Aujourd’hui, c’est une opinion courante en Allemagne que la responsabilité de la guerre incombe à l’Angleterre. On l’a accusée d’avoir attiré l’Allemagne « dans une embuscade »[2], en démasquant tardivement ses intentions ; cela équivalait, a dit le Chancelier, à « frapper par derrière un homme qui défend sa vie contre deux assaillants »[3]. Mais tout ce que signifient ces violentes protestations, c’est que le Gouvernement allemand ne s’attendait pas à voir l’Angleterre prêter son appui à la Belgique envahie. M. de Bethmann-Hollweg avait tellement multiplié les offres et les avances, il s’était tellement appliqué, surtout à partir du 29, à paraître d’accord avec l’Angleterre, il avait tant de fois protesté auprès d’elle de ses sentiments pacifiques, qu’il se croyait assuré de la neutralité britannique. Dans la note même par laquelle il déclarait la guerre à la Russie, cette prétendue entente était rappelée : il y était dit que l’empereur Guillaume avait entrepris de faire office de médiateur « d’accord avec l’Angleterre ». Aussi la surprise et la déception du Chancelier furent-elles grandes, si grandes mêmes qu’elles s’exprimèrent naïvement par des mots qui resteront historiques.

Et cependant, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, car il avait été dûment averti. À plusieurs reprises, Sir Ed. Grey avait répété que, si la guerre se généralisait, il pourrait être obligé d’intervenir, que, notamment, si l’Allemagne violait la neutralité belge, « il serait très difficile de contenir le sentiment public en Angleterre ». Il avait appelé l’attention

  1. Cor. B., n° 111.
  2. L’expression a été employée dans le manifeste des 95 intellectuels.
  3. Cor. B., n° 160.