Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MONTHABOR.

Atroce… Griolet !… J’ai beau fumer ma pipe… ça ne me désaltère pas…


ROBERT.

Eh bien ! appelez la vivandière…


GRIOLET, vivement.

Qui… oui… appelons-la… la belle, la superbe Claudine, la reine des vivandières…


MONTHABOR.

Tenez, regardez-moi ça… le v’là-t-il pas qu’y s’allume, ce tapin-là ?…


CLAUDINE, au dehors.

Hue donc, Martin, hue donc !…


GRIOLET.

C’est elle ! j’entends son organe enchanteur… (Courant au fond.) La v’là ! la v’là ! avec sa voiture et son âne !…


Scène VI

Les Mêmes, CLAUDINE, suivie de quelques soldats.


Claudine entre par le fond, montée dans une petite voiture traînée par un âne.


TOUS.

Salut à Claudine… et salut à Martin.


CLAUDINE.

Merci pour moi, mes enfants… (Montrant l’âne.) et merci pour lui… pour mon brave Martin, le roi des baudets.

COUPLETS
I
Ce n’est pas un âne ordinaire
Un lourdaud, un âne bâté,
Martin possède l’art de plaire,
Il a le charme et la beauté !