Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROBERT.

Très bien, Claudine…


MONTHABOR.

Sauf, par exemple, que nous avons latéralement la pépie… Vous serait-il facultatif de nous verser un léger verre de schnick ?…


TOUS.

Oui… à boire… à boire !…


CLAUDINE.

Désolée, mes amis… mais, sécheresse générale… plus rien dans le bidon… C’est à peine si, en pressant bien, je pourrai en trouver encore un verre… (Elle penche son tonneau tant qu’elle peut et en tire un petit verre d’eau-de-vie.) Ce sera pour mon lieutenant…

Elle l’offre à Robert.


GRIOLET, à part.

Le soigne-t-elle assez, son Robert !


ROBERT.

Merci, Claudine… mais je refuse…


CLAUDINE.

Tiens, pourquoi donc ?


ROBERT.

Parce que nous sommes tous égaux devant la soif… et que s’il n’y en a que pour un, il n’y en a pour personne… voilà ma manière de voir…


MONTHABOR, le montrant.

La v’là, la crème des supérieurs. (Prenant le petit verre d’eau-de-vie.) Mais faut pas qu’y se perde pour ça… (Montrant l’âne.) Ce sera pour Martin… étant d’un autre sexe que nous, il n’y aura pas de jalousie.


ROBERT.

Bonne idée !…