Page:E. Feydeau - Souvenirs d’une cocodette, 1878.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE III

Gravures incluses dans Souvenirs d’une cocodette
Gravures incluses dans Souvenirs d’une cocodette
Une grossesse qu’on n’attendait pas et qu’il était facile de prévoir. — Départ pour la campagne. — Ma tante Aurore et mon cousin Alfred. — Le petit mari et la petite femme. — Un jeune homme qui s’émancipe. — L’allée de coudriers. — Ma vertu court un grave danger. — Mon cousin se conduit mal. — Je me tire d’affaire à mon honneur.


La grossesse de ma mère, qui était déjà assez avancée, me fit voir sous un jour nouveau les trois personnes qu’elle intéressait le plus. Mon excellent père avait l’air timide et honteux. Si je ne l’avais connu pour un homme extrêmement spirituel, j’aurais cru, à sa mine, qu’il voulait se faire pardonner une peccadille dont il rougissait. Mais il avait bien trop d’esprit pour se croire