Page:Eekhoud - Teniers, 1926.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gné par le catalogue, on aurait peine à se figurer l’heureux et réjoui propriétaire du château des Trois Tours, sous les traits de ce solitaire recueilli et désabusé.

Sa ville natale lui érigea, le 18 août 1867, une statue en bronze sur la place qui porte son nom. Cette statue, œuvre de Joseph Ducaju, représente l’artiste tenant à la main l’édit royal en vertu duquel fut fondée l’Académie d’Anvers. En somme, cette statue n’est guère plus heureuse que la plupart de celles que l’on élève aux grands hommes. Les seuls monuments qui importent, consistent en l’œuvre même des artistes que l’on prétend immortaliser par le marbre ou le bronze. Pour les célébrer dignement, il faudrait des génies de leur taille, et tel n’est presque jamais le cas.