Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


travaux, sûr que quelque grand changement se préparait dans sa destinée.

L'événement ne tarda pas à justifier ses prévisions.

Un matin, qu'il travaillait avec ardeur à un tableau, Leblanc arriva, accompagné d'un visiteur que Garnier n'avait jamais vu.

— Ne te dérange pas, s'écria le médecin en entrant; c'est devant sa toile qu'il faut voir un peintre. Je te présente M. Vertman, de Munich.

Frédéric, embarrassé, salua.

— Un admirateur enthousiaste de ton talent!

Frédéric, plus embarrassé, salua de nouveau.

— Un amateur dont tu as dû entendre citer là galerie.

Frédéric salua une troisième fois.

Pendant tout ce temps, M. Vertman était