Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


empressement lui avait fait devancer l'heure ordinaire ; il y avait encore peu de monde dans les salons.

— Après-avoir examiné tous les invités déjà venus, Frédéric se plaça près dé la porte pour voir entrer ceux qui arrivaient, espérant qu'un hasard pourrait lui faire reconnaître la femme qu'il attendait ; mais la foule le força bientôt à quitter cette place ; repoussé peu à peu vers le haut des salons, il renonça à une recherche impossible, et se décida à attendre.

Cependant nuit s'avançait ; les danses avaient été déjà plusieurs fois interrompues et reprises ; l'orchestre venait de se taire de nouveau, et les invités se portaient vers la salle du banquet que l'on venait d'ouvrir. Fatigué de la lumière et du bruit, Garnier laissa, passer les flots riants des danseurs ; il aperçut une porte entr'ouverte, la poussa