Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


me perdre. Je suis une esclave enchaînée dans l'antre d'une bête féroce qui, à la moindre colère, me tuera… Le secret que vous me demandez me coûterait la vie, monsieur, s'il était connu… Oh! je vous en conjure, quittez Vienne ; retournez en France… Vous ne savez pas quel danger vous courez ici… Vous avez déjà excité la jalousie du comte. On vous surveille ; on vous suit. Il a fallu le hasard et le tumulte de cette fête pour que je pusse vous parler. Il me cherche peut-être déjà.

En prononçant ces mots, la jeune femme regarda autour d'elle avec inquiétude. Tout à coup ses yeux s'arrêtèrent vers le fond du cabinet ; elle recula en faisant un geste d'épouvante. Frédéric, qui avait suivi son mouvement, aperçut dans une glace le reflet d'une tête penchée à la porte entr'ouverte. Il se leva avec une exclamation de surprise