Page:Emile Zola - La Bête humaine.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


elle-même par le trajet, bien qu’elle commençât à connaître les moindres coteaux, les moindres bouquets d’arbres du parcours. Du Havre à Motteville, c’étaient des prairies, des champs plats, coupés de haies vives, plantés de pommiers ; et, jusqu’à Rouen ensuite, le pays se bossuait, désert. Après Rouen, la Seine se déroulait. On la traversait à Sotteville, à Oissel, à Pont-de-l’Arche ; puis, au travers des vastes plaines, sans cesse elle reparaissait, largement déployée. Dès Gaillon, on ne la quittait plus, elle coulait à gauche, ralentie entre ses rives basses, bordée de peupliers et de saules. On filait à flanc de coteau, on ne l’abandonnait à Bonnières, que pour la retrouver brusquement à Rosny, au sortir du tunnel de Rolleboise. Elle était comme la compagne amicale du voyage. Trois fois encore, on la franchissait, avant l’arrivée. Et c’était Mantes et son clocher dans les arbres, Triel avec les taches blanches de ses plâtrières, Poissy que l’on coupait en plein cœur, les deux murailles vertes de la forêt de Saint-Germain, les talus de Colombes débordant de lilas, la banlieue enfin, Paris deviné, aperçu du pont d’Asnières, l’Arc de triomphe lointain, au-dessus des constructions lépreuses, hérissées de cheminées d’usine. La machine s’engouffrait sous les Batignolles, on débarquait dans la gare retentissante ; et, jusqu’au soir, ils s’appartenaient, ils étaient libres. Au retour, il faisait nuit, elle fermait les yeux, revivait son bonheur. Mais, le matin comme le soir, chaque fois qu’elle passait à la Croix-de-Maufras, elle avançait la tête, jetait un coup d’œil prudent, sans se montrer, certaine de trouver là, devant la barrière, Flore debout, présentant le drapeau dans sa gaine, enveloppant le train de son regard de flamme.

Depuis que cette fille, le jour de la neige, les avait vus s’embrasser, Jacques avait averti Séverine de se méfier d’elle. Il n’ignorait plus de quelle passion d’enfant sauvage elle le poursuivait, du fond de sa jeunesse, et il la